Actualité Fraîchement Publiée
 
 
Informations mises à jour le 17/03/2007
 

Le 11 mars 2006

Humour et Chansons

Voir article de Journal

 

 

 

 

Voir article journal

 

 

Soirée moules frites en novembre

Voir article de journal

 

 

 

 

Course d'orientation le 26 Novembre

Voir article de journal.

 

 

 

La choucrouterie le 5 décembre

Voir article de journal

 

 

 

Les vins blancs de France

voir article de journal

 

 

 

 

 

 

 

Faire progresser le journal vers le haut



Arrêter le journal



Faire progresser le journal vers le bas

 

Reportages

2/01/2005

Le beffroi dans la neige9/01/2006Un éclat de rire

23/01/2005

A l'assaut du paradis blanc26/01/2006 Sortie Gtaadt

26/01/2005

SOIREE ESTHETIQUE 25/02/2006Chandeleur

20/02/2005

SOIREE CHANDELEUR 4/04/2006A tire d'ailes

280/02/2005

La femme, lumière du logis25/04/2006Retour aux sources

13/03/2005

Plein les yeux à Gstaad. 21/05/2006A l'assaut de la cité Vauban

04/04/2005

Bagues à part16/06/2006Sous le charme de la reine des prés

24/04/2005

CERCLE DES POETES DISPARUS13/07/2006Excellent match inter-générationnel

07/06/2005

A la quête des plantes médicinales 20/07/2006Vainqueur dans leur fief

08/06/2005

à Strasbourg avec la petite reine.22/10/2006Le vignoble Bas-rhinois à vélo

08/06/2005

SORTIE EQUESTRE A JUNGHOLTZ11/11/2006Ambiance de grande braderie

03/07/2005

foot inter-générations26/11/2006Un TGV dans le vignoble

10/07/2005

Repas champêtre6/12/2006A la choucrouterie

21/07/2005

Victoire au forceps8/12/2006Vins de garde avec Marc

7/11/2005

HERISSON ET FEUILLES MORTES;18/02/2007Du soleil dans les crêpes

20/11/2005

Le Beffroi se re-source11/03/2007Rire et chansons

23/11/2005

Les gestes qui sauvent20/05/2007Au pays de Faust

2/12/2005

A brides abattues10/06/2007 
9/12/2005Les vins du pays France   
    

 

2 janvier 2005

Zellenberg- Le beffroi dans la neige.

Les activités de l'association " le Beffroi " ont démarré dès le 2 janvier 2005 sur les chapeaux de roues avec une sortie orchestrée par Gilbert Caspard au col du Calvaire. Une quinzaine de personnes se sont inscrites à cette journée à la neige. Les conditions météorologiques très vivifiantes ont eu raison de le témérité de certains. C'est donc un petit groupe d'irréductibles qui affronta les éléments déchaînés au col de gazon du faing. Il est vrai que pour Gilbert c'était l'occasion d'initier les participants à sa passion du skating et de dispenser chemin faisant des conseils techniques forts utiles. Le parcours choisi constituait pour l'animateur une petite mise en jambe, plus habitué aux courses de fond de la transjuracienne, la vasalopett ou le marathon d'Engadin.
Tandis que les plus vaillants continuaient leur progression vers la Schlucht, pour les autres la sortie se termina au coin du feu dans l'accueillante auberge proche du lac des truites.
Prochaine sortie : Ski alpin à Adelboden (Suisse) Dimanche le 23 janvier; Départ du Bus à 5 heures du matin.

Haut de la page

23 janvier 2005

Zellenberg - A l'assaut du paradis blanc..

Le bus affrété par l'association " le Beffroi " a été pris d'assaut dimanche matin aux aurores. L'heure du départ a été mise à mal en raison d'une accidentelle panne d'oreiller d'un skieur local. Les sportifs venaient de loin à cette 1ère sortie hivernale dans la prestigieuse station d'Adelboden(Suisse). Autour des villageois qui constituaient l'ossature venaient s'adjoindre des skieurs des environs. Aux avant postes figuraient des sportifs chevronnés ravis de se griser sur les pentes neigeuses de l'Oberland bernois.
Les prévisions météorologiques semblaient favorables. Le baromètre indiquait un temps particulièrement neigeux, information corroborée par la webcam de la station. La succession des tunnels du Liestal passée, la neige se mis à tomber dru et l'autoroute se transforma en boulevard immaculé. La progression du car en fut sensiblement ralentie. Qu'à cela ne tienne, certains viticulteurs commencèrent à extraire de leur sac planchette et couteau laguiole en vue une dégustation gastronomique très "olfactive". L'arrivée du bus à 9h30 constitua pour les proches voisins un bol d'air frais salutaire tant l'odeur des agapes des trois compères atteignait des sommets jamais égalés et qui confinait l'infection. Les forfaits rapidement distribués par Corinne, organisatrice du " Beffroi ", les skieurs s'égayèrent dans le domaine et certains allèrent même tutoyer la vallée voisine. La neige hélas ne s'interrompit pas et les rayons de soleil ne parvinrent pas à percer les nuages bien accrochés aux sommets. Le retour sonna vers 17h30.Les pas pesants de certains skieurs revenant des pistes attestèrent que la journée a été bien rude. Fort heureusement les organisateurs n'eurent pas loisir de " numéroter les abattis " et aucune blessure n'était à déplorer. Un skieur cependant revint en " monoski ", le deuxième ski ayant disparu dans la poudreuse après une chute d'anthologie.
Prochaine sortie début mars 2005.

Haut de la page

26 janvier

 

SOIREE ESTHETIQUE CHEZ DOMINIQUE


L'association " le Beffroi " a consacré la soirée du 26 janvier exclusivement à la gente féminine en portant ses pénates dans un institut de beauté à Colmar. L'intérêt de cette animation résidait dans la découverte les gestes élémentaires de soins du visage et du corps selon l'adage bien connu: " Un esprit sain dans un corps sain ". L'initiative de cette rencontre informelle revient à Mme Dominique Dannel , esthéticienne professionnelle depuis plus de 20 ans et secrétaire de l'association Initialement prévue fin décembre 2004, cette réunion a été reportée en janvier 2005 pour des considérations de calendrier.
Après quelques explications théoriques sur le mode d'utilisation des différents produits cosmétiques, Dominique a présenté les gestes quotidiens de soins du visage. Puis elle aborda les problèmes inhérents à la peau par application des divers masques. Enfin on termina la soirée elle aborda des techniques plus artistiques de maquillages et l'association des palettes de couleurs. Le temps passa très vite et la réception se termina fort tard autour d'une traditionnelle collation au thé dans une ambiance chaleureuse et très féminine.


 

Haut de la page

Haut de la page

20 février

SOIREE CHANDELEUR

Afinde combattre les frimas de février et défier les ultimes assauts de l'hiver, l'association " LE BEFFROI " a renoué avec la célébration d'un mythe très ancien, celui de la roue du soleil symbolisé par la forme circulaire des crêpes. La Chandeleur a un parfum particulier, celui des chandelles allumées mais surtout de l'odeur des crêpes que l'on prépare en famille, entre amis.
Initialement prévue le dimanche soir 20 Février à 20H, l'horaire a été avancé de deux heures en raison de la reprise de l'école le lendemain et à la plus grande satisfaction des enfants et de Morphée.
Plus d'une vingtaine de participants se sont ralliés à cette initiative et purent apprécier les desserts sucrés de Marie-Odile, Corinne et de Dominique.
Les galettes furent préparées une heure à l'avance agrémentées d'une savoureuse soupe de légumes, question de mettre les convives en appétit. L'acrobatie consistant à de faire sauter le disque d'or d'un poignet agile fut admirablement exécutée par Marie Odile tandis que Dominique et Corinne, imperturbables et plus classiques empilaient les cercles de froment en colonnes impressionnantes. Tout le monde put ainsi profiter de la soirée et s'épargner les fastidieuses allées venues de l'office à la salle des fêtes.
Pour Marie-Odile, c'était aussi l'occasion de tester la qualité du matériel électroménager, propriété de la commune et acheté grâce aux soins attentifs de Jean-Marie.
Force est de constater le parfait fonctionnement des nouveaux appareillages Cette soirée placée sous le signe de la gratuité a largement été compensée en retour par l'ambiance chaleureuse des hôtes.
Prochaines manifestations le 28 février à 20 H dans la salle des fêtes/ Bricolage- lampe Crea-POP et sortie ski alpin en Suisse à Gtaad le 13 Mars. Inscription auprès de Corinne Dosch 03-89-47-88-83

Haut de la page

 

28 février

La femme, lumière du logis

Selon l'adage populaire, la femme est la gardienne du foyer mais aussi la lumière du logis comme l'a tenté de le démontrer l'association le Beffroi à l'occasion d'une séance très " lumineuse "de bricolage
En effet dans le cadre des animations mise en place par l'association diverses soirées de bricolage ont été programmée par Corinne. La première séance mettait l'accent sur la réalisation de magnifique lampe de chevet type Art Pop sous la conduite très professionnelle de Sabine Wintermantel, citoyenne de Ribeauvillé .
Une dizaine de dames se donc retrouvées dans la salle des fêtes , dans une atmosphère détendue mais studieuse puisque le travail était d'une minutie d'horloger.
Bolducs, serviettes multicolores, bâtonnets et rubans bariolés furent mis à disposition des petits mains et une partie de la salle se transforma en mercerie féerique.
Les réalisations de ces lampes de chevet furent très éloquentes dans une atmosphère égayée par une tisane arrivée à point au mitan de la nuit

Haut de la page

13 MarsHaut de la page

Du Soleil plein les yeux à Gstaad.

L'association " le Beffroi " a inscrit à son programme une deuxième sortie à la neige sur demande de quelques skieurs qui souhaitaient récidiver leurs exploits d' Adelboden.
On chargea donc d'azimut et c'est la prestigieuse station de Gstaad qui eut les faveurs du Beffroi.
Selon un rituel bien rôdé, le départ sonna à 5 h du matin devant l'église de Zellenberg avec les deux pannes d'oreiller supplémentaires qui retarda la joyeuse équipée. Une dormeuse réussit à rattraper in extremis en voiture le car dès le deuxième arrêt, confuse mais ravie de se joindre au groupe et animée par le pressentiment que la journée sera très belle. Ce qui se confirma au fur et à mesure que le car roulait plein sud. , direction de la Suisse.
Un soleil éclatant rayonna toute la journée dans un environnement grandiose. Les joyeux drilles se séparèrent en plusieurs unités. Henri, enthousiaste pris en charge plusieurs skieurs qu'il entraîna dans plusieurs champs de bosses mettant en difficulté certains du groupe en raison d'erreurs de quart. Plus " cool " et de retour d'une semaine de stage dans les alpes françaises , Jean Pierre vint au secours de quelques dames très réceptives aux conseils techniques du skieur chevronné.
A midi, les sportifs prirent position sur quelques rochers épars et s'offrirent un bains de soleil incandescent.à faire pâlir de jalousie la jet-set locale.
Le retour fut joyeusement fêté grâce à quelques cartons de boissons pétillantes et alcoolisées question de faire oublier au président qu'il fêtait ce jour là un printemps supplémentaire.

4 AvrilHaut de la page

Bagues à part

L' association " Le Beffroi " s'est intéressée lundi 4avril au monde merveilleux des pierres semi précieuses et en particulier aux cristaux " Swarovki. "
Comment fabriquer une bague et quelle technique utiliser, tel était le sujet des ateliers de nos apprenties joaillières. On venait de très loin ou simplement en voisin. Cela faisait dire au président que certaines participantes, en particulier Marie France, sont plus zellenbergeoises que les zellenbergeois.
L'activité proposée n'était pas une sinécure. Il fallait jouir une acuité visuelle parfaite et faire preuve d'un calme olympien pour enfiler facettes, rocailles et cristaux sur un fil de pêche translucide aussi épais qu'un cheveux d'ange. Exit les presbytes ou myopes, exit les crispés ou les tendus.
Sabine Wintermantel , animatrice de la soirée, étonna les participants par son calme et son efficacité ; de groupuscules en groupuscules elle dispensait aux jeunes femmes de nombreux conseils avisés.
La concentration était au paroxysme vers 22 heures, heure à laquelle le président, transformé en super intendant, distribua thé et tisane salvatrice afin de dénouer les nerfs en pelote et distiller un bien-être relatif aux corps cassés par de longues contorsions. De surcroît, la séance de photos fut acceptée de bonne grâce agrémentée de sourires de connivence. Les réalisations furent conformes aux attentes. Reste maintenant à assortir l'éclat des bagues a une tenue de soirée de circonstance. Le président mijote paraît -il un projet de couture, question de trouver à ces œuvres d'un soir leur place qu'elles méritent

24 avrilHaut de la page

ZELLENBERG - CERCLE DES POETES DISPARUS

L'association le " Beffroi " a inscrit au programme du dimanche 24 avril 2005 une soirée consacrée à la " grande poésie française " de la fin du moyen-âge (Chrétien de Troyes) à nos jours. Le poésie a ainsi retrouvé pendant trois heures ses lettres de noblesse dans l'ambiance très conviviale de la salle des fêtes de Zellenberg transformée en salon littéraire.
Une vingtaine personnes dont une dizaine de villageois se sont inscrites à cette veillée complétée par un auditoire d'inconditionnels de Mme Getty Loos, ancienne professeur es Lettres, au lycée technique de Colmar.
Le choix des poésies fut ardu pour notre animatrice puisque cette première manifestation s'est attachée à une présentation diachronique de la poésie française et allemande.
Le programme comportait plus de 20 auteurs dont quelques anonymes et 30 poésies furent impeccablement récitées par Getty, dont la mémoire reste infaillible malgré ses 85 printemps.
C'était un bonheur de la voir, les yeux clos, déclamer les poèmes devant un public ébloui par son érudition. Elle avait retrouvé son âme de vingt ans. Son âge lui rappelait parfois qu'il lui fallait déambuler dans la salle afin de dégourdir les jambes mais aussi pour donner le ton juste à l' " Ultima verba " de Victor Hugo, l'intensité tragique du songe d'Athalie ou l'amplitude dramatique du " Lotze. " . En cours de la représentation, thé, café et crémant alsace furent servis à l'auditoire accompagnés de quelques spécialités sucrées. Le café littéraire trouvait ainsi sa pleine acception. Puis Getty reprit de plus belle et enchaîna sur la période des romantiques, Victor Hugo, Lamartine, Le conte de Lisle avec le poème " Les éléphants ". La littérature allemande ne fut pas en reste. " D'r Sänger " de Goethe et " Die Lorelei " de Heinrich Heine seront admirablement interprétés. Puis vinrent Sully-Prud'homme avec "Le vase brisé " et " Les yeux " , le " Sonnet d'Arvers " et des poèmes plus intimistes tels que " Les roses de Saadi ", et " Qu'en avez vous fait " de Marceline Desbordes-Valmore sans oublier Baudelaire et Verlaine.
L'après midi s'acheva par un poème tout en nuances " le Zéphyr " dont le souffle imperceptible et délicat se complaisait à jouer tendrement dans les cheveux d'une adolescente " qui filait de la laine ".
Au grand ravissement de l'auditoire, Mireille, amie de Getty, s'est plue à reprendre ce dernier poème sous forme de conte.
Les uns et les autres se séparèrent vers 19h15 sur la promesse d'une soirée encore plus riche et aussi profonde.

 

7 juin

Haut de la page

A la quête des plantes médicinales

Connaissez vous la pimprenelle, l'herbe à Robert, la mauve ou la saponaire? Elles sont hémostatiques, anti-spasmodiques, astringentes et relaxantes.Elles poussent partout et pourtant on les connait si mal. Maurice Aymé, lui vit avec les plantes. Il connait tous leurs secrets.
Samedi, le 4 juin, invité par l'association 'le Beffroi" , il est venu de son Val de Villé natal, entraîner une douzaine d'amateurs herboristes en herbe sur les remparts de Bergheim.Pendant plus de deux heures, il a passionné son auditoire avant de lui offrir , sous les tilleuls en fleurs l'incontournable tisane de l'année. Article de Simone Ponchon.

8 Juin Haut de la page

Sortie à Strasbourg avec la petite reine.

La place des marronniers a pris les allures d'une aire de départ de critérium dimanche 8 juin. Treize coureurs particulièrement décidés ont répondu à l’appel de l’association « le Beffroi »i qui proposait le programme alléchant d’une virée vers la capitale européenne. Le départ était prévu pour 9 heures au pied de la butte. Le. pari était osé mais tout à fait réalisable selon l'organisateur . L'itinéraire a été trié sur le volet et proposait un parcours dans les villages viticoles bas-rhinois et la vaste plaine jusqu’à Ernolsheim sur Bruche. Les coureurs se sont présentés s en tenues particulièrement chamarrées afin de se convaincre que le tour de France passera dans les villageois alsaciens , d'autres au contraire restèrent en jean's peu enclin à avaler « le bitume ». Un bennwihrien mit à profit cette promenade pour effectuer quelques visites aux chapelles locales mettant quelque peu à mal le rythme soutenu de ce périple strasbourgeois.
La voiture-balai affrétée pour la circonstance eut fort à faire puisque qu'il fallait rapatrier aux avants-postes le pèlerin égaré qui fut en revanche bien inspiré d'allumer un cierge :Le beau temps était au rendez vous et le ciel resta clément malgré de gros nuages menaçant du coté de Maistratzheim.
Après avoir emprunté la voie romaine jusqu'à Châtenois , les cyclistes enfilèrent la bucolique piste cyclable menant à Diffenthal. Puis on abordant le vignoble bas-rhinois du coté de Dambach et les magnifiques villages a creux des vallons (Blienschwiller et Nothalten). Après une courte pose, les cyclistes attaqu-rent la superbe montée d'Itterswiller et entamèrent la longue descente grisante vers Stotzheim. Un petit salut à Zellwiller, village homologue de Zellenberg du moins dans son éthymologie et un arrêt prolongé à Meistratzheim. Le petit rosé frais de Thierry vint à propos. On se remit en selle vers 13h30 pour une longue course vers Duttlenheim puis Ernolsheim sur Bruche.La piste cyclable vers Strasbourg est à cet endroit un ravissement. La voiture-balai déposa le pénitent un quart d'heure avant les autres afin que tout le groupe puisse se présenter de concert à Strasbourg. Le privilégié eut pour consigne de se rendre directement à la gare sans passer par la cathédrale. Le parcours le long de la Bruche, sous la frondaison des arbres, fut un régal jusqu'à Strasbourg. Georges et Thierry , orienteurs avisés, firent faux bond au groupe et se présentèrent à la gare avec un large sourire après avoir semé le peloton de près de 5 mn. A 16 heures le train ramena à Sélestat les joyeux drilles . La dernière montée rte d' Ostheim fut redoutable et tous les participants étaient heureux que la bouche soit bouclée..
Haut de la page

24 juin Haut de la page

SORTIE EQUESTRE A JUNGHOLTZ

 

Pour clore le premier semestre d'un programme très ambitieux, l'association le " Beffroi " a convié cavaliers et gentes amazones à une sortie équestre dans le ranch Munsch.au cœur de Jungholtz .
La canicule de ces jours à fortement émoussé hélas l'envie de certains de pratiquer le sport équestre. Une phalange de 6 cavaliers et écuyères a cependant répondu à l'appel de l'association. Les conditions météorologiques étaient quasi idéales :une pluie salvatrice avait rafraîchie la veille l'atmosphère et quelques flaques de pluie rafraîchissantes parsemaient les très beaux chemins festonnés par une forêt de feuillus.
Après avoir passé les chevaux à l'étrille et procédé aux habituels pansements, la cavalerie prit la direction du lieu dit " le vieux chêne ". Les chose sérieuses commencèrent au bout d'un quart d'heures. Les trotteurs et galopeurs étaient priés d'avancer. Après un petit trop enlevé sur un superbe chemin menant au col, la troupe se mit au galop et atteint très vite les vignobles de Wuenheim. Les paysages sont à cet endroit magnifique :Villages nichés au creux des vallons sur lits de verdûre. La vaillante cavalerie attendit le gros de la troupe et sur le signal du moniteur , se remit au galop pour une chevauché fantastique sur le chemin de croix Thirenbach. Puis on regagna les écuries après avoir contourné la basilique. Les paysages idylliques et la sympathie des cavaliers contribua au succès de cette sortie que le président souhaite reconduire en automne dans un environnement encore plus multicolore.

3 juilletHaut de la page

Match de foot inter-générations: la débâcle des jeunes.

La tradition est maintenant bien établie. L'association " le Beffroi " organise tous les ans deux rencontres de football au pied de la butte afin de tester l'ardeur des jeunes et leur combativité face aux seniors à ce jour invaincus.
Julien ,auquel était dévolue la mission de constituer une équipe junior présenta une phalange hétéroclite aux allures de " sans culottes " de la grande révolution. L' équipe de seniors n'en fit qu'une bouchée .Il est vrai que les sorties nocturnes des adolescents , le samedi soir, ne sont pas de nature à arranger les choses. Certains rentrèrent au petit matin , par délicatesse sans doute , afin de ne pas réveiller les parents et gagnèrent directement le terrain inter-communal .sans passer à la maison. La " messe " était dès lors dite et le premier but d'Alexandre, suivi d'un second de Jocelyn furent " plantés " dès les dix premières minutes..
Les quelques offensives des jeunes furent rapidement enraillées par la défense musclée de Becker Philippe et par Rolf , magistral , qui sut relancer fort à propos le rouleau compresseur des " rouges ".
La mi temps fut sifflée sur le score de 4-1. Ce dernier but , sauva l'honneur des jeunes grâce à coup de pied magique de Cédric. Julien, subodorant l'issue fatale, mit à profit la pause pour recruter d'hypothétiques attaquants dans les villages voisins. .
La deuxième mi temps fut à l'image de la première. Alain Dabrowski , très philosophe sut calmer les ardeurs des anciens en dispensant maints conseils d'économie d'énergie.
Malgré les charges triomphales de Berschy, de Cédric et Julien, Philippe Dannel doubla la mise en finesse. La bérézina avait sonnée sur une catapulte de Daniel Muller.
L'arbitre décida de solder les comptes au deuxième tiers temps sur le score sans appel de 8-2.
Puis, dans une ambiance très familiale, les super-sportifs se réunirent autour d'un barbecue et de quelques salades rafraîchissantes préparées par Corinne, Dominique et Christiane. La troupe se sépara à l'heure des vêpres, dans une ambiance un peu bravache et sur la promesse d'un match retour en automne.
Prochaine manifestation : Repas " gaulois " place de l'église après la messe consacrée à Saint Ulrich, patron de Zellenberg.

10/07/05Haut de la page

Repas champêtre , sous le signe de Saint Ulrich.

Réunir, rassembler, mettre en relation telle était l'utopie sous jacente au repas impressionnant organisé par l'association " le Beffroi " dimanche le 10 juillet 2005 sur la place des marronniers.
A l'origine, l'association souhaitait préparer un repas " gaulois " au lendemain du tour de France, événement sportif, populaire et fédérateur. Le hasard a voulu qua la paroisse fête son saint patron ,Saint Ulrich. La présence de la chorale de Ribeauvillé venue célébrer avec les Zellenbergeois leur fête paroissiale a conforté les organisateurs dans le bien fondé de ce repas champêtre dont la seule prétention était de susciter les rencontres entre villageois. Et le constat est taille : On ne se connaît presque plus dans le village, signe des temps où l'individu prime sur le collectif.
Plus de 110 personnes ont répondu à l'appel du " Beffroi ", les plus convaincus étant souvent les anciens villageois, heureux de se retrouver en famille sur le lieu de leur enfance.
Puis il y eut de très beaux gestes de solidarité, tel que celui de Joachim qui mit en perce un tonneau libérant un trésor au senteur de fleurs de houblon ; de celui de Joseph qui s'éclipsa momentanément avant de revenir triomphant avec un précieux liquide aux arômes de mirabelle et de quetsche. La chorale de Ribeauvillé fut " boostée " par ce café schnaps salutaire. Le public apprécia quelques morceaux choisis du répertoire du chœur sous la direction d'Alphonse Schell . Puis on resserra les rangs. Quelques irréductibles , heureux d'être ensembles continuèrent à refaire le monde jusqu'à l'heure des vêpres. Puis la place se vida .Une autre fête suivra , le " S 'wielada " 2005 les 13-14 et 15 Août, mobilisatrice de toutes les énergies à travers l'association " Trait-d'union " pour le plus grand plaisir des visiteurs et des villageois.

21 juilletHaut de la page

Victoire au forceps de la Colmarienne. Haut de la page

Dans le cadre des activités d'été , l'association " le Beffroi " a programmé un ensemble de jeudis soirs consacrés au volley. Préalablement à ces manifestations, le " Beffroi " a mis en peinture le marquage au sol et doté le terrain de la cour d'école d'un filet flambant neuf. Pour donner du panache à cette première soirée , l'équipe féminine de la Colmarienne II, finaliste du championnat d'Alsace a bien voulu relever le défi des viticulteurs. La gageure était de taille puisque le village ne dispose pas d'une équipe aussi bien structurée et huilée que la Colmarienne évoluant en championnat régional. Il a donc fallu ratisser large dans les villages voisins afin de recruter une équipe cohérente selon la méthode éprouvée du bouche à oreille.
L'équipe adverse, composée d'éléments disparates eut fort à faire pour contrer le système de jeu des filles d'en face .
Le match coaché par Doris prit d'emblée une tournure sérieuse prenant à la gorge les Zellenbergois qui eurent du mal à trouver leur marque. Les excellents engagements de Vincent et de Laurent rétablirent fort heureusement la situation et l'on se frotta avec rudesse en essayant de contrer les boulets d'Elisabeth, ancienne joueuse de Sélestat.
Le résultat du premier set était à l'avantage des filles 25-23. Pour les Zellenbergeois, c'était un premier tour de chauffe, question de réapprendre les nouvelles règles du volley-Plus d'un en firent les frais.
L'arrivée de Cédric Dabrowski et de Jean-Marc apportèrent de l'oxygène à l'équipe des locaux et l'expérience de Jean-Marc fut salutaire. Mais Doris était déjà aux aguets. Les Zellenbergeois ,quant à eux, subodoraient que les filles pouvaient être battues. D'excellentes phases de jeux suivirent. On se battit sur chaque balle. Malgré d'impeccables attaques de Vincent et d'Alain, le score était toujours en faveur des filles 26-24. La sortie de Doris, marqua un tournant essentiel à la phase de jeu. L'équipe féminine s'étiola et les Zellenbergeois prirent largement le dessus. Les engagements " slicés " de Jean-Marc furent fatales à la Colmarienne.Score 25-20.
Enfin la dernière phase , la plus disputée, permit aux Colmariennes de sortir leur grand jeu. Le juge de touche de Kaysersberg vit la balle sur la ligne alors qu'elle était aux dires de tout le monde largement " out ". La colmarienne gagna la partie au forceps et sur un score " contesté " de 26-24 mais accepté avec fair play et dans la bonne humeur. Tout le monde se retrouva, sous l'applaudissement des cigognes de la tour d'angle dans une excellente ambiance autour de quelques boissons fruitées et fermentées.
Manifestations à venir : Tous les jeudis soir, volley pour

Haut de la page

7 NOVEMBRE

TABLEAU EN 3D-HERISSON ET FEUILLES MORTES;

En prémices des activités d'automne du " Beffroi ", l'association a convié les petites mains du canton de Ribeauvillé et de Kayserberg à une soirée de création d'un tableau en trois dimensions représentant la scène bucolique d'un hérisson en quête d'un limaçon avant sa grande hibernation jusqu'au printemps.
Sabine Wintermantel toujours très inventive et d'un commerce fort agréable dispensait maints conseils techniques au groupe exclusivement féminin : la nature de cette animation réquérait en effet une attention soutenue et une précision d'orfèvre.
Il fallut aux artistes en herbe quatre bonnes heures de découpes méticuleuses pour arriver au terme de leur " chef d'œuvre ". L'arrivée d'une tisane très suave sur les coups de 22 heures fut ovationnée et permit aux muscles de se détendre.
La prochaine activité proposée par Sabine est plus d'actualité. L'animatrice propose le 28 novembre à 20 heures dans la salle des fêtes de Zellenberg la confection de cartes de Noël dans une ambiance très festi

20 novembreHaut de la page

Le beffroi se re-source !

La sortie automnale du 20 novembre organisée par l'association " Le beffroi " était consacrée au thème de l'eau vive. Le parcours " des sources " sur les hauteurs des Basses huttes fut mis à l'honneur en raison de son intérêt historique et paysager. En effet , l'appellation du chapelet de sources aux prénoms féminins résulte du champ de batailles de la première guerre mondiale. Les points d'eau situés en contre bas de la ligne du front du Linge était autant de zones stratégiques majeures particulièrement choyées "comme des femmes" puisque les troupes belligérantes venaient régulièrement s'y approvisionner.
Les joyeux randonneurs s'étaient donnés rendez-vous à 10h30 sur le parvis de l'église des basses Huttes. La troupe entama d'emblée une longue ascension vers la source Catherine qui coule à flot en cette période. Après une petite halte de circonstance au Vallon devant les sources Elodie et Florence, elle repartit à la quête de la source Solange tapie dans un lit de mousse mais tarie à cette époque.
La source Madelon distillant un fin filet comme sortant d'un alambic suscita quelques velléités patriotiques chez Henri qui entonna tout de go la chanson " La Madelon " et qui fut relayé par quelques choristes du groupe.
Gonflés à bloc, nos marcheurs entamèrent le dernier raidillon vers la ferme auberge de Laurence, ultime point d'eau aux senteurs de houblon cette fois-ci.
Le retour ne fut que formalité et le raccourci à travers les prés givrés fut unanimement apprécié.
Prochaines manifestations. Les gestes qui sauvent mercredi 23 novembre à 19h30; Confections de cartes de Noël avec Sabine le 28 novembre à 20 heures . Sortie équestre samedi 3 Décembre à 13h30 .
Renseignements auprès de Jc Caspard 06-73-47-09-34

 

 

.

23 novembre Haut de la page

 

"Les gestes qui sauvent"

Une soirée consacrée aux " gestes qui sauvent " a recueilli les faveurs de l'association le " Le Beffroi " qui chargea Georges Leden d'assurer l'intendance et convaincre Koeberle Alain d'animer une soirée de sensibilisation au secourisme.
Savoir se présenter,sécuriser la victime et les intervenants ;faire les gestes essentiels avant l'arrivée du véhicule de secours,tels étaient les thèmes abordés par le moniteur. Les questions furent nombreuses et la plupart du temps résolues par des démonstrations pratiques a laquelle se soumettait volontiers l'auditoire. Les stagiaires repartirent convaincus de la nécessité de remettre sans cesse à jour leurs connaissances approximatives voire suivre un stage plus approfondi.
La soirée se clôtura en levant le verre de l'amitié.

3 décembre Haut de la page

Haut de la pageLe beffroi a brides abattues


L'association le " Beffroi " s'est mise en selle samedi 9 décembre en invitant les cavaliers du village à une sortie équestre à Jungholtz. Quatre adultes et 6 adolescents ont répondu présents à l'appel
Dès leur arrivée, cavaliers et écuyères furent invités à choisir leur monture afin de procéder aux pansements habituels et de se familiariser avec elles. Après avoir sellés les chevaux , on mit pied à l'étier vers 15 heures après dernière vérification d'Eline, experte en la matière. Nos cavaliers complétèrent un groupe d'une vingtaine d'habitués du centre équestre. Sur l'ordre de chef de file,la troupe contourna en amont la basilique de Thienenbach et les plus téméraires furent invités à rejoindre les avants postes pour un petit galop jusqu'aux abords du vignoble de Wuenheim. Puis on longea une clairière avant de s'engager sur un chemin forestier bordé de chapelles votives non loin du restaurant " 'les violettes. ". Les chevaux furent ensuite remis au galop sur un chemin en léger dévers. Malgré le crachin et le un léger bliizard , la balade s'acheva sa anicroches à la plus grande satisfaction des participants parmi lesquels certains se réunir au " stammtech " d'une auberge contiguë à la basilique pour y apprécier une bonne bière de Noël.

9 decembre

Haut de la page

Soirée du Goût - Sur les chemins des vins du pays France

Pour clore l’année culturelle 2005 , l’association « le Beffroi » a convié mi décembre de nombreux amateurs de vins du pays à un tour de France des appellations au fil de chemins inconnus et de terroirs inclassables. sous la haute conduite de Marc Tempé, vice président du « Beffroi ». Une vingtaine d’adeptes recrutés selon le vieux principe du bouche à oreilles ont répondu présent .à cette soirée de dégustation. L’idée était de faire découvrir de nombreux vins de pays,pas forcément les plus prestigieux ,d’en décrire leurs spécificités et de les associer à des fromages , saucissons secs et chocolat noir afin d’en révéler la richesse aromatique et leur quintessence et tout ceci pour une participation financière « modique » . Toute latitude a été laissée au sommelier quant au choix des vins.
Les fromages de chèvre ont été rapprochés d’entrée de jeux à certains vins blancs : Crémant brut d’Alsace, Champagne et Muscadet sur lie. Les saucissons secs ensuite furent unanimement prisés avec du Cahors Haut Montplaisir,du Beaume de Venise sur terre jaune (excellent celui ci) , du Crozes rouge Entrefaux, du Bougogne rouge vieilli en fût de chêne, du Haut-Médoc Paloumey et pour achever cette gamme du Minervois Pandora très fruité. .Puis arriva le chocolat noir que l’échanson maria avec un Maury rouge , puis un Sauterne de Monteils 99 et pour finir la veillée un Porto Niepport Tanny vieilli de 10 ans. L’ambiance générale fut une fête des sens et du goût en particulier. L’animateur eut quelque mal en fin de soirée à canaliser l’attention des « joyeux drilles » qui se quittèrent au mitan de la nuit avec le sentiment d’avoir passé une « bonne » soirée de convivialité avant une nouvelle exploration en 2006 de vins plus « bourgeois » dit de haute de gamme.

Haut de la page

Eclat de rire....

Pour démarrer la nouvelle année sous de bons auspices, l'association " le Beffroi " a convié les villageois à une sortie au temple de la dérision, la Choucrouterie de Strasbourg.
Vingt trois personnes se sont données rendez-vous à 19H place de l'église afin de profiter du dispositif de co-voiturage mis en place par les responsables. L'arrivée des Zellenbergeois rue St Louis a été salué par le maître de céans, Roger Siffert, habitué à la présence régulière des habitants de la cité viticole lors de la revue satirique annuelle. Le spectacle alsacien démarra sur les chapeaux de roues dès 20h30 . La truculence de Roland Kieffer suscita d'entrée de jeux l'hilarité générale avec pour thèmes récurrents la politique strasbourgeoise, mulhousienne et plus proche de nous, colmarienne. Il est vrai que les problèmes de circulation dans la capitale européenne sont bien plus ardus que les difficultés de déplacement dans son village ; même le champion du monde des rallyes incarné par Roger eut du mal à négocier virages, nids de poules ou autres obstacles dans de certains quartiers de la capitale. Bref, les spectateurs tombèrent sous le charme des acteurs excellents dans leurs interprétations et contraints d'assumer dans la foulée deux spectacles en deux langues différentes. L'ensemble des villageois se retrouva à l'issue du spectacle autour d'une boisson vivifiante dans le restaurant contigu au théâtre avant le retour au bercail vers les douze coups de minuit. Prochaine manifestation : Sortie ski alpin le 29 janvier à Gstaadt.

Haut de la page

Haut de la page

29 Janvier 06

 

A Paradis Blanc

Le village sortait peu à peu de sa torpeur vers 4 heures du matin. De ci de là des quinquets s'allumaient dans les " chaumières " de la cité viticole et des ombres furtives s'agitaient dans les remises recouvertes d'un blanc manteau de neige. Un grand jour s'annonçait: la sortie de ski alpin sous l'égide de l'association "le beffroi ". Une voiture d'un skieur hunawihrien, sans doute tombé du lit , sillonnait dès 4H30 les rues du village en quête du car réservé pour la sortie. Le président rencontré par inadvertance le félicita pour sa détermination matinale et lui promit de le gratifier d'une médaille d'honneur d' avoir compensé par sa présence prématurée les pannes d'oreillers de certains skieurs lors des dernières sorties.
Le car fut pris d'assaut à 5 heures par 47 sportifs particulièrement heureux de cette virée au paradis blanc et dont la météo semblait plutôt favorable. Après une halte technique du coté de Berne au restaurant "Le coup de bambou",la vallée de Gstaad apparut dans toute sa splendeur immaculée. Le temps au sommet n'était pas de saison .Température fort agréable - temps de foehn- et on de se demandait si la neige n'allait pas tomber. Les premières descentes furent consacrées à la remise en jambe sur une neige trop éblouissante . Le miracle se produisit peu après midi. Une soleil radieux perça les nuages et les cimes dentées des Diablerets apparurent à portée de main. L'ensemble du groupe s'enivra de vitesse et de soleil jusqu'à 16h30 sous le soleil couchant. Puis ce fut la dernière descente- celle que l'on apprécie le plus .Mais il fallait être vigilant et ne pas faire une erreur d'azimut. Charles en prenant le sillage de Catherine aboutit dans la vallée voisine. Les deux skieurs furent contraints de se rendre à la gare voisine dans l'attente d'une hypothétique arrivée de train. Peine perdue ; on récupéra les deux skieurs égarés et confus vers 17H30 sous les quolibets et Catherine fut inscrite d'office à la prochaine course d''initiation à l'orientation sur le hauteur de Zellenberg. Le retour fut célébré dans la joie , agrémenté des bonnes bouteilles généreusement offertes par le skieur trop matinal et adepte de dégustations gastronomiques très " olfactives

Haut de la page

Haut de la page

25 février

Soirée chandeleur

Après une escapade nocturne dans les eaux sulfureuses d' Eugen-Keidelbad suivie d'une halte gastronomique chez l'incontournable Bräutigam à Ihringen, l'association " le Beffroi " a porté le lendemain dimanche 25 février ses pénates dans la salle des fêtes de Zellenberg..
A programme la célébration de la chandeleur c'est à dire de l'avènement prochain du soleil symbolisé par la confection de crêpes que firent virevolter Dominique et Thierry avec une dextérité remarquable. Il est vrai que les origines bretonnes de Thierry expliquent la virtuosité de son coup de poignet. A l'arrivée des 15 participants, une montagne de discoboles étaient déjà disponibles à la grande satisfaction des enfants et des adultes qui ne firent pas prier pour goûter les excellentes confitures maison de Georgine. Les moustaches de Gérard en frémissent encore. D'autres préférèrent plutôt le goût salé d'un merveilleux comté bio provenant de Philippe et rehaussé par une cuvée de cidre breton et normand. Bref une soirée familiale comme on l'aime et que les petites têtes blondes apprécièrent à leur juste valeur.
On rentra à une heure raisonnable : la rentrée des classes sonnait le lendemain.
Prochaine manifestation : Sortie ski alpin le 5 mars à Gstaad.


4 avril Haut de la page

Papillons à tire d'ailes

Elles sont venues de tous les villages avoisinants les adeptes des bijoux Swarovski à l'invitation de l' association « le Beffroi ». Il est vrai que Sabine,l'animatrice de la soirée, aime à venir à Zellenberg en raison de la qualité de l'accueil dispensé par les membres de l’association et du confort procuré par la nouvelle salle des fêtes, fort prisée de tous les habitants.
Au programme, la création d'un pendentif Swarovski représentant un papillon multicolore.Visiblement le thème a séduit plus de quinze participantes,dont certaines très prudentes ont apporté pour la circonstance leur lampe de bricolage extra lumineuse. Et de la patience il en fallait ainsi que des bons yeux pour enfiler toupies et minuscules perles sur un fil ténu et translucide.
Une tisane aux senteurs de cannelle vient à propos pour détendre muscles et pupilles. Sabine très à l'aise dispensait maints conseils techniques puisqu’il convenait de suivre scrupuleusement un schéma sans ciller et elle se prêta même à la séance photo sur les coups de 22 heures.
Cette soirée exclusivement féminine s'acheva au mitan de la nuit sur la promesse de se revoir bientôt à l'occasion d'une autre soirée thématique .Dommage que nos villageois boudent ces soirées industrieuses.

Haut de la page

Haut de la page

 

Les 80 printemps de Gisèle Duwa

Article de Véronique Duwa

C'est le 20/04/1926 que vit le jour à Fontainebleau Gisèle Chevalier, aînée de quatre enfants, fille d'Henri Louis et de Juliette.Les six premières années de sa vie se déroulèrent
dans le pays de sa mère, cette Seine et Marne chère au coeur de notre alsacienne d'adoption. Puis, Gisèle gagna l'Auvergne de son père qui la vit grandir et réussir son certificat d'études avant de regagner les guinguettes du bord de marne à dix-huit ans. C'est à Lésigny qu'elle devint la nounou des enfants Kraan, famille d'horticulteurs hollandais qui aujourd'hui encore continue à lui rendre visite. C'est sans aucun doute de cette époque que date son amour immodéré des fleurs et des jardins.C'est dans cette Seine et Marne de fin de guerre que s'ouvre le deuxième
volet de la vie de la toute jeune fille. C'est en effet de la maison des Kraan que partirent les premières « lettres à Camille », soldat alsacien engagé dans l'armée française dont elle fut l'attentionnée marraine de guerre: entre lignes balbutiées, chaussettes tricotées et colis bien ficelés naquit une histoire d'amour qui force encore aujourd'hui le respect: bientôt soixante ans de vie commune! Car le beau Camille, sitôt le fusil rangé, s'en vint quérir notre seine et marnaise pour l'installer dans la maison familiale du cinquante-sept rue de la fontaine.Que Paris était loin! Néanmoins, si l'adaptation ne fut pas tous les jours facile, elle fut réussie et Gisèle apporta au petit village sur la colline ses rires, ses tailleurs et ses bibi élégants, son accent de la capitale et cette bonne humeur communicative qui lui valurent la sympathie de tous.Camille le viticulteur fut comblé: bonne cuisinière, dure au labeur et toujours pétillante et jolie, sa Gisèle lui fit quatre beaux garçons : en 1947 naquit Henri qui reprendra plus tard la vigne de son père; Bernard pointa le bout de son nez en 1950 et vit aujourd'hui dans la proche Nancy; Jean-Luc étonna son monde en 1957 avant de troquer les vins du cru contre ceux du bordelais et enfin Patrice, bon dernier, vit le jour en 1961 et fit son nid à Colmar. Les quatre garçons offrirent à l'affectueusement nommée « mamie » six petits enfants et deux arrières petits-fils. Tout ce petit monde vous assurera que Madame Duwa ne semble pas beaucoup avoir changée, que les années ne semblent pas avoir eu de prise sur ce bout de femme toujours en mouvement, affairée du jardin à la cuisine, reine des bouquets de fleurs des champs et toujours prête pour un brin de causette. Madame Duwa ne fête pas des années en ce vingt avril 2006 mais des printemps, un printemps éternel qui éclate dans son sourire, qui chante dans sa voix, un printemps qu'on lui souhaite encore bien long aux côtés de son époux et entourée de tous ceux qui l'aiment et qui l'appellent tendrement mamie.

Haut de la page

25 FEVRIERHaut de la page

Retour aux sources

L'association le " Beffroi a convié samedi 13 mai 35 villageois à un long voyage à travers les âges. Trois familles étaient sous les feux de la rampe dont l'une légataire d'un passé glorieux au cours duquel le château de Zellenberg vivait ses heures de gloire sous le règne de Christian II. Cette soirée généalogique des familles Rentz-Dosch et Caspard largement documentée par les recherches exhaustives de monsieur Kleindienst et de feu monsieur Pfister a permis au Beffroi de ranimer la flamme d'un passé enfoui dans quelques albums fatigués et faire renaître l'espace de deux heures l'épopée de nos aïeuls. Il est vrai que les organisateurs ont été largement encouragés par les familles concernées qui ,spontanément, leur ont confié les précieuses photos familiales dont certaines datent du temps de Napoléon III.
La présence rassurante de monsieur Kleindienst a permis à l'association de mener cette soirée tambour battant grâce à quelques petits moyens techniques prisés par l'assistance.
L'exposé fut prolongé par la traditionnelle dégustation des fruits de la vigne et les participants se quittèrent sur la promesse d'une autre soirée généalogique dont le thème reste à fixer.

21 maiHaut de la page

A l'assaut de la cité Vauban.

L'association le Beffroi a pris dimanche 21 mai le chemin de l'inexpugnable cité Vauban en empruntant les bucoliques voies départementales du Ried noir et brun. Malgré une météo incertaine, le sortie a été maintenue dans l'espoir d'une amélioration en cours de journée. L'optimisme affiché par le Beffroi était de bon aloi et fut récompensé ; les dix coureurs purent apprécier à sa juste valeur l'itinéraire qui se frayait à travers les hautes graminées.
Un incident au pont rouge. Un cycliste venait de se rappeler qu'il était sensé porter un sac. Celui-ci était resté malencontreusement dans l'abri bus du village avec portefeuille et effets personnels. La magie du portable opéra rapidement . L'incident vite comblé occasionnera une petit retard d'un quart d'heure. L'arrivée à Neuf Brisach par la piste cyclable à partir de Kunheim fut un régal comme le repas arrosé par un excellent bordelais. Le groupe fut accueilli vers midi par Pierre Schwarz intarissable sur les constructions Vauban et qui mit en valeur la spécificité de la cité dont l'architecture évoluera avec l'arrivée des Prussiens. Le retour vers 16h30 fut rapidement négocié grâce à un vent portant favorable aux cyclistes qui attaquèrent par le flan gauche et en guise de " cerise sur le gâteau " la fameuse montée de Zellenberg.

10 juinHaut de la page

Sous les charmes de la reine des prés.

L'association le Beffroi a emprunté samedi 10 juin les chemins vicinaux de Zellenberg dans le cadre de ses activités estivales consacrées aux vertus des plantes médicinales.
Une dizaine de participants ont bien voulu décliner sous la canicule les nombreux termes latins et grecs dont la traduction française est fort poétique : Le millepertuis ou herbe de saint Jean, la bryone et l'impatience, la benoîte, le cornouiller sanguin, la salicaire sans oublier la reine des prés et la berce de Sibérie dont la racine est rivale de la petite pilule bleue aux effets ravageurs. Bref , c'est au rythme de " sénateurs " et laissant du temps au temps que la petite troupe entama un parcours de 3 heures.
Aymé Maurice, l'animateur de cette journée avait préparé maintes fiches techniques qu'il résuma sur deux feuilles remises aux participants. On s'attarda d'abord une demi heure aux abords " Waldpfadel sous la frondaison des noyers qui dissimulait une kyrielle de plantes. Puis on commenta la superbe allée de roses trémières" confiées à la main verte de Désiré (merci pour ses bons soins). La troupe fut hélée par Antoine qui prenait le frais sous la tonnelle et on investit tout go le potager de notre artiste qui fut très habile dans ses commentaires. La journée faillit tourner court ; la troupe ne se laissa pas distraire par un café de circonstance.
Puis on prit le chemin de la Hardt dont les fossés recèlent des trésors :la menthe aquatique, la laitue vireuse et la vesce en épis. Nos biologistes en herbe profitèrent de la fraîcheur de la Harth puis ils mirent l'azimut sur l'orée de la forêt où l'atmosphère était plus respirable. La vue plongeante sur le village indiquait déjà 18 h , heure du retour. Un participant invita la joyeuse troupe dans son jardin d'agrément pour une dégustation de tisanes , spécialités de Maurice plus convaincu que jamais que la " rapidité est sublime, et la lenteur majestueuse ".


Haut de la page

13 juillet

Excellent match contre les jeunes: 4/4

L'association le Beffroi a renouvelé mi juillet une initiative fort sympathique : la confrontation footbalistique entre jeunes du village et les vétérans de la cité viticole invaincus jusqu'à ce jour. En effet , tous les ans ces derniers ont a cœur de remettent en jeu le trophée dont ils sont les heureux titulaires. Cependant l'organisateur doit ratisser large pour monter une équipe d'adultes rompus à l'effort ; Quant aux jeunes, peu enclin aux inscriptions, ils finirent par constituer équipe très technique grâce à la présence providentielle de joueurs des villages voisins informés lors des conciliabules nocturnes dans les abris bus des villages.
Le match démarra sur les chapeaux de roue au grand étonnement des seniors surpris pas les coup de boutoir des jeunes. Sur une action collective, le gardien des seniors ne put retenir la première frappe à ras de terre. Il était temps de réagir- le sursaut d'orgueil fut récompensé 10 minutes après grâce à une percée de Jocelyn. On doubla la mise peu de temps après.
Mais l'énergie et la technique confirmée des jeunes permit de réduire le score juste avant la mi temps.
En seconde période, les adultes mirent une nouvelle fois la balle au fond des filets adverses mais sur un assaut lointain orchestré par Cédric , un jeune de Ribeauvillé plus agile qu'un félin, trompa la gardien. Les deux équipes se quittèrent à la nuit tombante sur une égalité parfaite 4/4 et sur la promesse de se revoir en octobre.

Haut de la page

20 juillet

 



Victorieux dans leur fief

L'association le Beffroi a renouvelé mi juillet une initiative fort sympathique : la confrontation footbalistique entre jeunes du village et les vétérans de la cité viticole invaincus jusqu'à ce jour. En effet , tous les ans ces derniers ont a cœur de remettent en jeu le trophée dont ils sont les heureux titulaires. Cependant l'organisateur doit ratisser large pour monter une équipe d'adultes rompus à l'effort ; Quant aux jeunes, peu enclin aux inscriptions, ils finirent par constituer équipe très technique grâce à la présence providentielle de joueurs des villages voisins informés lors des conciliabules nocturnes dans les abris bus des villages.
Le match démarra sur les chapeaux de roue au grand étonnement des seniors surpris pas les coup de boutoir des jeunes. Sur une action collective, le gardien des seniors ne put retenir la première frappe à ras de terre. Il était temps de réagir- le sursaut d'orgueil fut récompensé 10 minutes après grâce à une percée de Jocelyn. On doubla la mise peu de temps après.
Mais l'énergie et la technique confirmée des jeunes permit de réduire le score juste avant la mi temps.
En seconde période, les adultes mirent une nouvelle fois la balle au fond des filets adverses mais sur un assaut lointain orchestré par Cédric , un jeune de Ribeauvillé plus agile qu'un félin, trompa la gardien. Les deux équipes se quittèrent à la nuit tombante sur une égalité parfaite 4/4 et sur la promesse de se revoir en octobre.

22 octobre

Zellenberg-Urmatt

Après la trêve automnale motivée par d’incontournables vendanges, l’association " le Beffroi "a chaussé les cales pieds en proposant à ses adhérents une périple de 70 kilomètres à travers le flamboyant vignoble bas-rhinois. Les cyclistes présents ne furent pas déçus. Un soleil généreux augurait d’une journée exceptionnelle. L’itinéraire, quant à lui ,n’était pas une sinécure ; une succession de côtes sur les contreforts piémontais jusqu'à Klingenthal sollicitait les muscles mais offrait fort à propos une descente enivrante dans la vallée de la Bruche jusqu'à Urmatt , terme du voyage.
Le journée démarra sur les chapeaux de roues. Une camionnette sponsorisée par un viticulteur local fut mise à disposition des cyclistes afin d’assurer l’intendance et palier les éventuelles faiblesses des coureurs. Annie, fuyant les conciliabules du départ, prit une longue avance sur le peloton qui rattrapa la vaillante échappée vers Bergheim.
Les choses sérieuses commencèrent peu après Nothalten avec le raidillon d’Itterswiller qui en cette saison se paraît des beaux atours. Puis on bifurqua vers Andlau. Le contournement de Mittelbergheim se termina en descente « gravillonneuse » à travers les vignes jusqu’à Barr. Gilbert était en forme, et dans la perspective de sa future Vasaloppet , il prit les commandes avec une facilité déconcertante. La montée de Heiligenstein fut négociée sous les sonneries de midi. La pose méridienne fut unanimement appréciée et généreusement arrosée. Le groupe se remit en selle vers 13h30, les jambes un peu lourdes. Ottrott fut traversée en quelques coups de pédales puis on plongea dans l’exceptionnel vallon de Klingenthal avant d’entamer la longue et fastidieuse montée vers le plateau de Rosstaele. Le reste ne fut que formalité avec en point d’orgue une dernière côte jusqu’à l’église de Mollkirch. La longue descente vers la vallée de la Bruche disloqua le groupe qui se retrouva au café du Centre à Urmatt, ravi de cette journée exceptionnelle.
Prochaine manifestation samedi 11 novembre à 20 heures : Soirée Moules/frites.

Haut de la page

11 novembre

Une ambiance de " Grande braderie " au Beffroi.


L'association le Beffroi a invité pour sa 13° manifestation annuelle les amateurs de conchyliologie à une soirée gastronomique fort sympathique consacrée à la moule et aux pommes frites. Pour trouver ces dernières , il suffisait de puiser dans l'inépuisable stock du Wielada 2006.et qui malgré ce prélèvement homéopathique permet encore de tenir un siège de plusieurs jours. Quant aux moules, deux sacs de 15 kg furent préparés avec soin par quelques adhérentes de l'association. L'ambiance est montée d'un cran après l'apéritif et pour un peu on se serait cru dans les rues de Bruxelles. Trente participants bien motivés apprécièrent les fruits de mer aux relents de vin blanc d'oignons ainsi les succulents et pléthoriques desserts préparés par quelques dames pâtissières.

Prochaine manifestation : Course d'orientation Dimanche 26 novembre 2006.
Inscription à partir de 9H30 à la salle des fêtes.. Départ en masse à 10 heures 30 au lieu dit quartier de la source. Traçage : David Moll du Club d'orientation de Colmar. Renseignements : 06-73-47-09-34- Marcheurs acceptés.

Haut de la page

26 novembre

Un TGV dans les vignes. Kirian Meyer, vainqueur de la co du Schoenenbourg

Le Schoenenbourg, le Kronenbourg, le Rimmelsberg, et le Rosacker, autant de lieux-dits célèbres pour la qualité des appellations viticoles et qui servirent de cadre à la traditionnelle course d'orientation organisée par l'association " le BEFFROI ".
La partie technique fut confiée au club d'orientation de Colmar (COC) en la personne de David Moll, habitant de Riquewihr, qui de main de maître offrit un traçage de qualité susceptible de satisfaire tant les orienteurs avertis que les amateurs de course à pieds éclairés.
60 coureurs se présentèrent à la salle des fêtes pour retirer leur carte topographique.
La moitié des coureurs provenait du COC , l'autre moitié était constituée de sportifs avertis venant de clubs de volley de Colmar et qui par effet de boule de neige entraînèrent quelques amis à participer, pour le plaisir, à cette journée radieuse. Quelques marcheurs se présentèrent aussi sur la grille de départ, question de tester sur le terrain le GPS ultra sophistiqué qui finira par être remisé définitivement au fond d'une armoire.
Après quelques explications d'usage avant la course afin de faire monter le taux d'adrénaline,
au coup de pétard, le coureurs s'égaillèrent dans la nature, dans tous les sens. Les plus chevronnés, après une analyse sommaire de la carte, attaquèrent le parcours par le flan nord afin de remonter progressivement le coteau pentu du Schoenenbourg. Option choisie par Kirian qui après avoir poinçonné les balises sur le ban de Huwanihr attaqua tout de go le massif forestier à l'ouest dont le terrain accidenté offrait quelques caches intéressantes.
Puis au bout de 4 km il entama, tel un TGV, une descente progressive sur le Schoenenbourg avant de franchir avec une facilité déconcertante la ligne d'arrivée en 48 mn, reléguant le deuxième et troisième coureur à plus de 10 mn.
La première dame à franchir la ligne d'arrivée fut Corinne Meyer, un peu contrite et frustrée de n'avoir pas poinçonné toutes les balises. Son score reste très honorable : 130 points à plus d'une heure.
Ravis de cette journée, la plupart des sportifs apprécièrent l'accueil ainsi que le verre de l'amitié offert en leur honneur et dont le but final est de " faire participer " et de sceller les amitiés.
Prochaine manifestation le 5 décembre : Sortie à la Choucrouterie.

5 décembreHaut de la page

Le beffroi à la choucrouterie.

Décembre est un mois d'intenses activités de l'association le Beffroi, qui pour parachever son programme, a inscrit une sortie au cabaret à l'actif de ses manifestations.
Quatorze personnes purent ainsi bénéficier du service de co-voiturage mis en place par l'association. Cette soirée au sein de la Choucrouterie a permis à ses adhérents de se retrouver dans une ambiance très conviviale au sein de la capitale européenne ivre de lumière et de fête. C'est de bonne grâce que le groupe s'est laissé surprendre par les satires locales et par son incontournable " tandem ".Ce cru a été diversement apprécié. Les satires ne suscitèrent point d'hilarité générale mais plutôt le sourire. Furent particulièrement prisés les premiers sketches relatifs à la gent trotte- menu qui se complait à fouiller les poubelles bleues de la capitale. Les années se suivent et ne se ressemblent pas.
Prochaine manifestation vendredi 8 décembre à 20 heures à la salle des fêtes: Vins de terroirs et ronde du berger.

Haut de la page

8 décembre

Une soirée exceptionnelle avec des vins de garde.


Réuni autour de Marc Tempé , l'association " le Beffroi a clos l'année 2006 en apothéose à l'occasion d'une soirée consacrée aux vins de blancs de France accompagnés de la traditionnelle ronde du berger.
La thématique était osée .de consacrer la soirée exclusivement aux vins blancs
Une fois de plus les trente participants furent ravis de ce voyage initiatique dans plusieurs terroirs de France. D'entrée de jeu, le sommelier proposa d'accompagner les anchois de Collioure avec une muscadet sur lie très minéral et perlant. Puis tout en restant dans la région de Touraine, il présenta ensuite un sauvignon à bonne expression aromatique mais sec en bouche en l'associant aux rillettes du Mans. Puis on changea de cap pour la région au nord-est de Valence entre l'Isère et le Rhône avec un Croze-hermitage un peu ambré et à belle trame acide. Puis on regagna le pays de la Loire avec un Saumur , vin de garde complexe et très fin et qui constitua un excellent révélateur au crottin de Chavignol.
Le santenay qui suivit ,appellation du sud de Côte de Beaune à base de chardonnay exhala des arômes de vanille et apporta une note cristalline et tannique.
Puis on fit une petite halte . Un trou normand salvateur donna une surprenante note de gaieté grâce à un cidre brut bio de la région de l'Allier qui fut assorti à un quartier de pomme de Noël et d'un camembert moulé à la louche. Le Condrieu du domaine Gangloff de la région au sud de Vienne fut une révélation et se suffit à lui-même .Un silence quasi religieux s'établit. La complexité aromatique de ce grand cru confina le nirvana. Un conté prit le pas et fut accompagné de son servant , un Arbois légèrement madérisé ,belle transition à un foin gras de Gers que Marc maria avec un étonnant pineau des charentes. Un jurançon ,vin moelleux de sud de Pau fut apprécié avec un éclair à la vanille et on clôtura la soirée par un excellent cognac bio que l'échanson allia à des " bredalla " de Noël pleins de finesse qu'une habitante village avait généreusement offerts pour la circonstance. Une soirée qui restera dans les annales du village.

18 févrierHaut de la page

Du soleil dans les crèpes.

On raconte que la chandeleur est une tradition qui se rattache aux ultimes festivités de la Nativité, du mythe de la lumière mais aussi de la purification, de la fécondité et de la prospérité toujours très proche dans les croyances populaires.C’est dans cet esprit que l’association a convié ses membres à cette ultime fête de la lumière puisque à la Chandeleur, « L'hiver s'apaise ou reprend vigueur, et le jour croît de deux heures. » Une vingtaine de personne purent ainsi apprécier les discoboles dorés de Dominique, d’Aline et de Karine ainsi que d’un renfort de dernière minute, David Moll.Si le cidre normand fut unanimement prisé, les succulentes confitures faites maison bénéficèrent de compliments nourris du président qui apprécia particulièrement la confiture d’orange de Georgine inscrite d’office à la prochaine chandeleur en 2008.Une soirée en somme sans prétention et pour le seul plaisir de se retrouver autour d’un succulent dessert.

 

Zellenberg-Urmatt- 11 mars

Après la trêve automnale motivée par d’incontournables vendanges, l’association " le Beffroi "a chaussé les cales pieds en proposant à ses adhérents une périple de 70 kilomètres à travers le flamboyant vignoble bas-rhinois. Les cyclistes présents ne furent pas déçus. Un soleil généreux augurait d’une journée exceptionnelle. L’itinéraire, quant à lui ,n’était pas une sinécure ; une succession de côtes sur les contreforts piémontais jusqu'à Klingenthal sollicitait les muscles mais offrait fort à propos une descente enivrante dans la vallée de la Bruche jusqu'à Urmatt , terme du voyage.
Le journée démarra sur les chapeaux de roues. Une camionnette sponsorisée par un viticulteur local fut mise à disposition des cyclistes afin d’assurer l’intendance et palier les éventuelles faiblesses des coureurs. Annie, fuyant les conciliabules du départ, prit une longue avance sur le peloton qui rattrapa la vaillante échappée vers Bergheim.
Les choses sérieuses commencèrent peu après Nothalten avec le raidillon d’Itterswiller qui en cette saison se paraît des beaux atours. Puis on bifurqua vers Andlau. Le contournement de Mittelbergheim se termina en descente « gravillonneuse » à travers les vignes jusqu’à Barr. Gilbert était en forme, et dans la perspective de sa future Vasaloppet , il prit les commandes avec une facilité déconcertante. La montée de Heiligenstein fut négociée sous les sonneries de midi. La pose méridienne fut unanimement appréciée et généreusement arrosée. Le groupe se remit en selle vers 13h30, les jambes un peu lourdes. Ottrott fut traversée en quelques coups de pédales puis on plongea dans l’exceptionnel vallon de Klingenthal avant d’entamer la longue et fastidieuse montée vers le plateau de Rosstaele. Le reste ne fut que formalité avec en point d’orgue une dernière côte jusqu’à l’église de Mollkirch. La longue descente vers la vallée de la Bruche disloqua le groupe qui se retrouva au café du Centre à Urmatt, ravi de cette journée exceptionnelle.
Prochaine manifestation samedi 11 novembre à 20 heures : Soirée Haut de la pageMoules/frite

11 Mars 2007Haut de la page

Rire et chansons.

L’association Le Beffroi a consacrée l’après midi u 11 mars à l'humour et à la musique. Moment rare et exceptionnel. La qualité des histoires présentées par Freddy Sarg et l’animation musicale de l’incontournable André Findeli n’était étrangères au succès de cette réunion. Le pasteur Freddy Sarg, Inspecteur ecclésiastique en région strasbourgeoise, développa devant un parterre d’une cinquantaine de participants un thème qui lui est cher, celui du rire, thématique qui apparaît en filigranne dans le célèbre roman d’Umberto Ecco , « Le nom de la Rose » mais aussi dans l’ancien et le nouveau testament. Freddy Sarg illustra ses propos par de nombreux exemples concrets afin de dissocier les différents niveaux de rire. « Les despotes n’aiment pas le rire puisque le rire est subversif en raison de son caractère intrinsèque , la distanciation par rapport à l’ordre établi ». De nombreuses anecdotes humoristiques qui circulaient sous le manteau pendant les années noires émaillèrent ses propos. André Findeli ,venu en toute amitié de la cité des ménétriers , prit le relais et apporta des notes de gaieté et de légèreté avec à son « piano à bretelles ». Il ne lui fallut pas user de beaucoup de salives pour convaincre l’assistance à le suivre. Les chants fusèrent au quart de tour et furent de toute beauté. Marcel et Auguste étaient comme deux poissons dans l’eau.
Les pâtisseries arrivèrent fort à propos pour détendre les zygomatiques et le pasteur, toujours à l’aise, surpris par une telle qualité d’écoute, conclut son exposé par de savoureuses histoires de Henner et de Philomène tout en mettant en exergue la finesse de l’humour juif. André Findeli paracheva cet après-midi en apothéose et en guise de point d’orgue entraîna le public ravi dans un florilège de chansons populaires. Une après-midi qui restera gravée dans les mémoires.

20 mai 2007

Le beffroi au pays de Faust.

L'association le Beffroi a convié ses membres à chausser une nouvelle fois les cales pieds pour une incursion outre forêt, à Staufen , ville à 5 km à l'est de Bad Krozingen..
S'il est de notoriété que Faust a vendu son âme dans cette ville pour recouvrer une éternelle jeunesse, nombreux cyclistes étaient enclins au même penchant mais... pour déguster l'excellente Schwartzwäldertorte " dans un restaurant local. Le gâteau au senteur de kirsch , objet de toutes les convoitises frisa l'obsession chez les organisateurs dont l' appétence pour les desserts liquoreux est bien connue. Un groupe constitué de 16 cyclistes sponsorisé par deux véhicules , l'un aux couleurs arc en ciel, l'autre revêtu d'une antenne parabololique , se présenta à l'heure indiquée sur la ligne de départ .Certains vélocipèdes suscitèrent l'hilarité générale - preuve que le matériel a bien évolué tant en sobriété et qu'en efficacité. Certains reliques décrochées de la potence était dignes de figurer dans l'inventaire général d'un musée mécanique ; l'acier trempé dans lequel étaient fabriqués certains vélos était là plus pour durer que pour faciliter la mobilité. Certains engins avaient au dire d'un cycliste un indice de pénétration dans l'air équivalent à celui d'une boite d'allumettes. Mais l'heure du départ avait sonné.La joyeuse troupe récupéra trois cyclistes féminines à Ostheim puis elle prit la direction du Ried dans les hautes graminées .Passage en force à Riedwihr en plein chantier et après une réparation d'une crevaison sur le pont d'Artzenheim la troupe bifurqua vers la bucolique piste cyclable de Kuhnhein. Passage du Rhin à 11 heures.
Après une halte technique pour remettre sur le bon rail la voiture balaie, la phalange prit la direction de Hochstetten- Hausen et après avoir longé un superbe cours d'eau entama la pittoresque montée de Biengen où Pascal avait établi un barbecue amplement honoré par quelques rasades de rosé du pays. Les derniers 8 km furent un régal et le restaurateur prévenu attendait la troupe sur le pas de la porte. La terrasse s'anima des rires des joyeux drilles qui ne quittèrent les lieux que vers 16h30. Le retour s'annonçait difficile. Une brise soufflant de la forêt noire fut de bonnes augures et poussa les rescapés vers le Rhin à une allure soutenue. La dernière ligne droite de Jebsheim à Ostheim fut négociée dans un silence quasi religieux, preuve que les cyclistes avaient hâte de retrouver le nid de cigogne d'Ostheim , terme de ce périple de 120 km. Gilbert , José et Dominique, les plus valeureux , eurent à cœur et en guise de cerise sur le gâteau, de parachever ce voyage par le dernier raidillon vers la cité viticole.Dur, dur celui-là!

 

 

 

Haut de page